L'article est un peu long. Vous m'en excuserez.

Hier, j'ai failli supprimer ce blog. Je m'y sens idiote. Pourquoi balancer au vent, parfois mauvais ce je que j'aime libre, voire même indifférent. Je n'échange que très rarement en privé et je n'échangerai plus.  Pourquoi publier?

En même temps, ce matin , encore, comme un besoin de me balancer à tout va, de parler en silence, sans ouvrir ma porte.

....

 Hier, je lisais dans  : " L'inconsolable et autres impromptus " de André Comte-Sponville

 

 " Quand Bergson écrit : " que partout où il y  de la joie, il y a création "..... " il généralise outrancièrement "... J'ai connu des joies autrement sereines, autrement légères, autrement détachées, qui ne devaient rien à quelque création que ce soit, et qui n'en étaient que plus joyeuses. " Joies de l'amour ou de l'amitié, de la contemplation ou de l'action".. " joies de vivre plutôt que de créer "

....................

  Au nom de ma joie de vivre, je bloguerai désormais plus irrégulièrement, avec parfois de longues périodes de silence..

Voici, un carnet que j'ai presque fini. Il comporte des regards déchirés sur des photos sensuelles tirées sur canson. Il n'est pas à vendre.

 

 

15-04 004

15-04 006

15-04 009

15-04 011

15-04 012

15-04 016

 Je validerai, désormais, les commentaires. Je vous remercie de me lire et vous souhaite un bon dimanche.