sur la peau lisse du sable, les yeux s'égarent

 

on se perd

on se noie

on crie

on crie

on crie

on sait

que c'est vain

ces cris

ces mots

on sait

la fin

on crie

on crie

on crie

 et puis plus rien

 

dans la mouvance du sable, demeure la cicatrice

 

erquy 11-09 154