21 septembre 2018

longer

     Je suis la lande brûlée, par les soleils d'été. Je ne peux singer un bien aller. Ma vie s'assied, enracinée, dans ses couleurs fânées.          
Posté par francoisebonnel à 07:38 - Commentaires [23] - Permalien [#]

19 septembre 2018

le prendre

         L'eau, l'algue glissent la lenteur du temps dans la lumière de l'instant.    
Posté par francoisebonnel à 18:09 - Commentaires [19] - Permalien [#]
18 septembre 2018

        quelques gouttes de nuit me font un pied léger        
Posté par francoisebonnel à 07:06 - Commentaires [25] - Permalien [#]
17 septembre 2018

GR 34

  Le Gr 34 longe une plage de nudistes... J'ai un peu profité de quelques belles paires de fesses masculines... Oh! Juste d'un oeil , seulement, que le monde bien pensant se rassure...      Un peu plus loin, sur le sable, j'ai cherché ma féminité.     Et je m'y suis alanguie..      
Posté par francoisebonnel à 07:00 - Commentaires [31] - Permalien [#]
15 septembre 2018

marée de 110

  sur le sable lisse    quelques griffures de ciel       une parenthèse, un oubli      
Posté par francoisebonnel à 19:13 - Commentaires [25] - Permalien [#]
08 septembre 2018

pause

   
Posté par francoisebonnel à 06:41 - Commentaires [10] - Permalien [#]

07 septembre 2018

la poésie

     c'est :       ?  
Posté par francoisebonnel à 07:26 - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 septembre 2018

ensemble de mer

        Jules ( 7 ans ) avait ramassé de la salade de mer, le coeur au bout des doigts. Ses feuilles vaillantes, colorées d'espoir avaient, le soir, rehausser la fadeur des pâtes. Avec amour, nos sourires mastiquèrent l'aléatoire. Je me souviens ; le plat était copieux, Jules ne fait rien à demi. Nos " bonne nuit " furent plein d'incertitude. C'était en avril, nous avons survécu.  Hier à l'école, la maîtresse demandait à Jules quel homme célèbre il aimerait être. A l'heure des consoles, il  a... [Lire la suite]
Posté par francoisebonnel à 07:27 - Commentaires [21] - Permalien [#]
05 septembre 2018

femelle

   J'aime me surprendre au risque de vous déplaire...   Tant pis...        
Posté par francoisebonnel à 07:43 - Commentaires [31] - Permalien [#]
04 septembre 2018

créer ses fenêtres

    Les hommes bâtissent, entre eux, des murs blancs, blancs de silence. Au sol, grouille le brouhaha, des gens qui  se décroisent sans s'apercevoir. Ils ne s'aperçoivent de rien d'ailleurs, de là non plus. Ils marchent derrière, après. J'étouffe, je marche des yeux, je cherche l'oiseau libre. Y en a-t-il toujours un qui passe aux fenêtres ? Je ne vois  qu'un nuage, un nuage à peine. Je me noie dans l'indicible espoir.    
Posté par francoisebonnel à 07:27 - Commentaires [13] - Permalien [#]